L’art presque perdu de ne rien faire

Le 13 juillet 2015.

Ce lundi 13 juillet, je marche pieds nus : je ne travaille pas. Traversant mon salon, une voix chaude, posée, presque envoûtante, capte mon attention. J’ai juste le temps de comprendre qu’il s’agit de l’Académicien Dany Laferrière, évoquant pour l’émission Un livre un jour son ouvrage L’art presque perdu de ne rien faire.

Le titre m’interpelle, éclatant de vérité. Je maîtrisais cet art, au grand dam de mon entourage, parfois. Je l’ai perdu, je le sais. Que dit donc Dany Laferrière, qui m’ébranle autant ? Ceci :

« C’est un monde où l’on vous pousse dans le dos et où l’on ne sait même pas où l’on va. » 

Ceci induit cela :

« Nous allons trop vite pour rien, nous ne pensons plus, nous affirmons des choses avant même de commencer à penser. […] Les esprits qui nous dirigent sont des esprits épuisés qui ne conçoivent pas le repos, la sieste, la lenteur, ils regardent le monde toujours dans un mouvement incessant. »

Combien j’aime rencontrer des mots qui expriment si clairement ma conviction profonde ! Devenus esclaves du temps, esclaves du faire, nous fuyons le repos, pour ne pas sentir notre néant, notre insuffisance, notre vide, notre impuissance, comme l’expliquait déjà Pascal.

Dany Laferrière le sage, le spécialiste mondial de la sieste, sait qu’« Une grande partie de (son) inspiration et de (son) activité créatrice, de (son) activité réelle, concrète, quotidienne, vient du sommeil et du rêve»

Je vais acheter ce livre et me poser.

Partager

Mots-clés: Rien, Temps, Néant, Livre, Faire, Sommeil