• Accueil

Francis Gag

Comté de Nice : particularités d’une histoire et d’une langue

Lors de la séance de la Convention Nationale du 16 prairial, l'an deuxième de la république une et indivisible, Grégoire regrette dans son Rapport sur la nécessité et les moyens d'anéantir le patois et d'universaliser l'usage de la langue française, qu'il n'y ait « qu'environ quinze départements de l'intérieur où la langue française soit exclusivement parlée. (...) Ainsi, avec trente patois différens, nous sommes encore, pour le langage, à la tour de Babel, tandis que pour la liberté nous formons l'avant-garde des nations. » Au nombre des patois recensés par l'abbé afin de « consacrer au plus tôt l'usage unique de la langue de la liberté », figurent le lyonnais, le dauphinois, le provençal et... l'italien des Alpes-Maritimes.

L'empreinte du rêveur bienfaisant

Le 5 mai 2016.

"A tous les miens,

mes deux fils et belles-filles,

mes cinq petits-fils,

mes cinq arrière petits-enfants,

sans oublier ceux à venir ;

à mes amis,

à tous ceux qui, partageant mes rêves, m'ont permis de les réaliser, et à ceux, parmi eux, qui ne sont plus ; sous le signe du souvenir."

Ainsi Francis Gag, mon grand-père, à la rencontre de ses souvenirs en 1985, ouvrait-il son livre Au fil des jours et des saisons. Pourquoi moi ai-je ouvert ce livre cette nuit ? Parce que des situations complexes nécessitent parfois un retour aux fondamentaux : avant tout ma femme, mes enfants et mes livres. Ma femme et mes enfants dorment, restent mes livres.

Le théâtre

Théâtre : vient du latin classique theatrum (lieu de représentation) lui-même emprunté au grec theatron, dérivé de thea (action de regarder).

A peine né, en effet, j'ai regardé, observé, assisté au spectacle familial. Parents, grands-parents, oncles et tantes, cousins : tous engagés dans l'aventure du Théâtre Niçois de Francis Gag ! Comment ne pas suivre un tel mouvement ? C'est donc tout naturellement que je me retrouve à huit ans sur les planches de ce qui n'est encore que le Théâtre municipal du Vieux-Nice pour incarner Petoulin, le mousse bègue de Calèna. Bien d'autres rôles suivront, jusqu'à incarner Toumas, personnage colérique et mysogine dans L'escaramoucha en 2012 et le comte Spitalieri de Cessole dans Doun van bèure li bèstia ? en 2013.

Cette immersion précoce déterminera vraisemblablement mon choix : en 1996, gagné par l'ennui dans le milieu bancaire, je saisis l'opportunité de changer de vie et deviens enseignant, présentant un mémoire sur La pratique théâtrale comme outil d'enseignement. Dès lors, je consacre plus de temps à cette tradition familiale que j'avais un peu délaissée et ne m'ennuie plus parce que, comme l'affirmait Alfred Hitchcock : "Le théâtre, c'est la vie ; ses moments d'ennui en moins."

Après la disparition de mon grand-père, mon père Pierre-Louis, ayant compris la nécessité de créer de nouvelles pièces pour la troupe du Théâtre Niçois, avait traduit une farce de Barthélémy Taladoire, elle-même inspirée de Plaute. En 1997, lui et moi co-adaptons des sketches radiophoniques de Francis Gag : ce sera Titoun e Vitourina. Dès lors, le goût de l'écriture ne me quitte plus et, de 2001 à 2014, seront créées huit de mes pièces. Elles me vaudront dêtre honoré par le Félibrige, qui fera de moi le lauréat des Grands jeux floraux en 2011, me décernant le titre de Maître en gai savoir (lire mon discours à cette occasion).

Mes choix d'écriture dramatique sont clairs : comme l'indiquent les statuts du Théâtre Niçois, je veux "maintenir et illustrer le dialecte niçois". Pour cela, comme l'avait d'ailleurs fait mon grand-père dans certaines de ses pièces, j'insère fréquemment dans mes pièces du français, permettant un accès plus facile à qui ne maîtrise pas parfaitement la langue. Souhaitant mettre la langue niçoise en situation réelle, quelles que soient les époques, s'entremêlent aussi de l'italien ou de l'anglais.

Mes activités au service du Théâtre Niçois sont multiples : comédien, auteur, webmaster avec mon épouse Claire du site internet, chargé des relations avec la presse, je m'efforce avec mon père de coordonner les actions de tous nos bénévoles. Il s'agit toujours d'une histoire de famille, puisque ma fille Marie a aussi attrapé le virus...

Mais mon lien avec le théâtre ne se limite pas seulement à l'association fondée par mon grand-père en 1936 : il m'accompagne dans mes enseignements comme outil pédagogique ou comme objet d'étude ; il m'enrichit dans mes lectures et par tous les spectacles auxquels je vais assister avec bonheur ; il constitue enfin une part non négligeable de mon action politique, puisque la délégation qui m'a été confiée par Christian Estrosi, Maire de Nice, englobe aussi le théâtre, qui figurait en bonne place dans ses engagements. En effet, j'avais pour mission de créer un Festival annuel des troupes et théâtre de Nice, dont la première édition s'est déroulée du 12 au 18 octobre 2015.

  • debut-theatre-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • jean-luc-fabienne-gag-gagliolo-nice
  • jean-luc-francis-gag-gagliolo-nice
  • jean-luc-gag-theatre-nice-gagliolo
  • jean-luc-pierre-louis-francis-gag-gagliolo-nice
  • theatre-1-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-2-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-3-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-4-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-5-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-6-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-7-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-8-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-9-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre10-jean-luc-gag-gagliolo-nice

Pied de nez

Le 8 décembre 2016.

Depuis de nombreuses années, le Théâtre Niçois de Francis Gag crée et honore la tradition en la personne de son fondateur. Cette année, c'est à Tante Victorine que nous redonnons vie.

Au delà de la surprise d'assister à un réel engouement autour de ce personnage qui a occupé l'espace familial depuis les années 40, j'ai pour ma part vécu une expérience intense, celle d'avoir de nouveau mon grand-père à mes côtés.

Lorsque, avec mon père, nous avons convenu que les quatre-vingts ans du Théâtre Niçois justifiaient un spectacle particulier en 2016 et que Tante Victorine nous est apparue comme une évidence, j'ai consacré un peu de mon été à une plongée dans les décennies écoulées : visionnage et écoute de reportages et émissions télé, lecture de textes multiples et des pastrouils (chroniques radio) tapés à la machine que mon père avait présélectionnés parmi les 1.200 en notre possession...