• Accueil

Langue

A voté !

Le 6 avril 2015.

A voté ! Expression consacrée que j’ai trop peu répétée ces 22 et 29 mars.

Le vote, du latin classique votum (le vœu), est émis dans le cadre d’un scrutin. Le résultat, dépouillé et scruté, est donc l’aboutissement d’un processus de décision d’abord individuel puis collectif.

Comme celles et ceux qui se sont déplacés lors de ces deux dimanches électoraux, j’ai voté. Mais j’ai aussi formulé le vœu d'accueillir davantage de votants. En effet, si le votant existe, dans notre bureau nous avons tout de même beaucoup attendu.

Comté de Nice : particularités d’une histoire et d’une langue

Lors de la séance de la Convention Nationale du 16 prairial, l'an deuxième de la république une et indivisible, Grégoire regrette dans son Rapport sur la nécessité et les moyens d'anéantir le patois et d'universaliser l'usage de la langue française, qu'il n'y ait « qu'environ quinze départements de l'intérieur où la langue française soit exclusivement parlée. (...) Ainsi, avec trente patois différens, nous sommes encore, pour le langage, à la tour de Babel, tandis que pour la liberté nous formons l'avant-garde des nations. » Au nombre des patois recensés par l'abbé afin de « consacrer au plus tôt l'usage unique de la langue de la liberté », figurent le lyonnais, le dauphinois, le provençal et... l'italien des Alpes-Maritimes.

Discours de réception des Palmes académiques (5 décembre 2013)

Car amic, vous saludi,

Au moument d'alestì quauqu mot per aquesta cerimònia, mi siéu demandat : en nissart ? en francés ? Niçois ? Français ? Ai virat un pauc e – mi fa pena de lou vous dire – mi siéu decidat à vous parlà francés. En fach, se carculan ben, sian aquì en un encastre dounat dau Ministeri de l'Educacioun naciounala e "naciounala" vòu ben dire cen que vòu dire : la lenga de la Repùblica es lou francés. Siéu pas iéu que lou diéu, es l'article 2 de la Coustitucioun : " La langue de la République est le français ". Ainsi soit-il.

Fêtes des Mai 2015 : quoi de neuf ?

Le 30 avril 2015.

Demain 1er mai : la première de cinq journées hautement traditionnelles.

Pour que tradition ne rime pas avec ronron, répétition ou réédition, nous tous qui, à la Ville de Nice, oeuvrons à la réussite de nos fêtes, avons cette année apporté quelques nouveautés, tout en conservant l'essentiel : la convivialité, le partage et la joie autour de la danse, du chant, du jeu, de la langue niçoise, de la merenda et de la cuisine niçoise, de nos groupes folkloriques, associations, orchestres, artistes et animateurs.

Quoi de neuf, donc ?

La politique

Décidément, comment qualifier ces moments-clés qui ont jalonné ma vie ? Est-ce de la chance ? Du hasard ? Des opportunités ? De simples circonstances que j'ai su faire miennes ?

Ma rencontre avec Christian Estrosi fut pour moi un honneur et me fit entrevoir une perspective enthousiasmante. Cet homme que je connaissais comme le spectateur assidu du Théâtre Niçois, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice-Côte d'Azur, Député, me propose, après une demi-heure de conversation autour de Nice, de m'engager à ses côtés pour la prochaine campagne électorale.

Refuse-t-on une offre qui m'amène aujourd'hui à oeuvrer pour des causes qui me touchent de si près ? Conseiller métropolitain et Conseiller municipal délégué au patrimoine, à la littérature, à la lutte contre l'illettrisme, au théâtre et à la langue niçoise, je ne pouvais espérer plus belle délégation que celle-ci. Elle représente un prolongement de ce pour quoi je suis déjà engagé à titre professionnel, associatif et personnel. Pour cette raison, j'exerce désormais ces mandats en conservant mes activités d'enseignant et d'associatif : tout ceci est complémentaire voire harmonieux, malgré le surcroît de travail et l'organisation que cela nécessite.

L'action politique est celle qui permet réellement d'agir, parce qu'elle offre des structures et des moyens incomparables à qui souhaite servir. Servir, c'est ce que je veux. Agir, c'est ce que je fais. Ma seule ambition est d'être loyal, efficace et utile, simplement, dans les domaines qui relèvent de mes attributions :

palais commPatrimoine : voici un champ extrêmement large qui touche aussi bien à la restauration de bâtiments (abbaye de Saint-Pons, fort du Mont Alban, église du Jésu) et d'édifices (monument des Serruriers, Croix de marbre), qu'à l'aménagement d'espaces (Maison de la culture, de la mémoire et de la tradition niçoise Place Saint-François, Ancien Sénat), à la publication de documents et ouvrages, à la conception et la mise en place de services (visites guidées, expositions, ateliers), ou à l'établissement de liens avec le milieu enseignant

1LECTURES PATRIM A5 11 14 1Littérature : il s'agit là d'oeuvrer pour la mise en valeur de l'écritsous toutes ses formes. Cela passe par l'organisation d'événements tels que le Festival du Livre, bien sûr, mais aussi les Jeudis littéraires, les Lectures patrimoniales, des conférences, des ateliers dans toutes les bibliothèques de la ville comme sur les plages (Cabanes bleues), par l'invitation d'écrivains, par le soutien aux initiatives de libraires ou d'associations, par l'attribution de Prix (Baie des anges) ou le concours de poésie dans le cadre du Printemps des poètes.

morgenstern1Lutte contre l'illettrisme : comment prévenir l'illettrisme, si ce n'est en agissant au plus tôt pour donner le goût des mots, en rassurant, en encourageant ? Ainsi, la découverte du livre se fait dès le plus jeune âge à Nice, puisque l'opération "A tire-livres" s'adresse aux enfants des crèches. Aider à la découverte, c'est aussi ce que font les auteurs invités par la Ville de Nice dans les écoles, les collèges et les lycées dans le cadre du dispositif Lecture pour tous : ils rapprochent les jeunes de la lecture en donnant chair aux mots, ils font la preuve du bonheur de lire, ils montrent qu'ils ont un jour osé écrire. Pour porter la bonne parole, ces même auteurs se déplacent aussi dans les hôpitaux et en maison d'arrêt, parce que la lecture doit être accessible à tous. Chaque année se conclut par le concours de nouvelles destiné aux jeunes, dont les prix sont remis dans le cadre du Festival du livre.

Dans le prolongement de Lecture pour tous, nous avons initié Théâtre pour tous : des comédiens vont ainsi à la rencontre des enfants et des jeunes dans les établissements scolaires, pour leur faire découvrir l'art vivant et leur en donner le goût.

Dans le même objectif d'ouverture, les bibliothèques de Nice accueillent des ateliers autour des mots, pour tous les publics.

tfg jean luc gag gagliolo niceThéâtre : cette partie-là de ma délégation m'amène à oeuvrer aux côtés des passionnés du théâtre et du spectacle vivant. Qu'il s'agisse du Théâtre National de Nice, du Théâtre municipal Francis-Gag ou de petites salles, qu'il s'agisse de professionnels ou d'amateurs, l'enthousiasme est le même. Dans le cadre de mes fonctions, j'ai vocation à encourager la création, à soutenir les projets, à informer le public et à valoriser la diversitéet la richesse de la programmation niçoise. Par ailleurs, mission m'a été confiée de faire naître une Semaine des Théâtres à Nice. La première édition s'est déroulée du 12 au 18 octobre 2015 : un bonheur !

segurane jean luc gag gagliolo niceLangue et culture niçoises : entrent dans ce domaine les traditions (fêtes populaires, création d'événements, animations) et la langue niçoise (soutien aux enseignants, mise en place du bilinguisme, publications).

 

En parallèle, je suis amené à siéger au Comité de direction de l'Office du Tourisme et des Congrès et au Conseil d'exploitation de la Régie de l'Opéra et à participer à certains Conseils d'école, notamment à l'Ecole bilingue français-niçois des Orangers. De même, vice-président du Conseil de quartier n°9, je côtoie régulièrement commeçants et habitants du Port, de Garibaldi et du Vieux-Nice.

La largeur de la délégation qui m'a été confiée m'amène à travailler avec les nombreuses bonnes volontés et compétences des Directions de la Culture, des Bibliothèques, du Patrimoine historique, des Archives, des Travaux, de l'Evénementiel, de la Communication, de l'Animation des quartiers, de l'Education.

Témoignage lors de la convention Culture, Patrimoine et Identité (31 janvier 2014)

Monsieur le Maire, Monsieur le Président du Conseil Général, Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs,

Je suis simplement ravi de participer à cette convention et je vous remercie, Monsieur le Maire, à la fois de l'avoir organisée, mais aussi de me permettre de m'y exprimer en tant que témoin.

Le témoin, le testimoni en niçois, le testimonius en latin, c'est un tiers – un terstis – qui apporte la preuve, certifie, révèle ce qu'il sait. Que sais-je donc ?