• Accueil

Politique

Démocratie, machine à fabriquer des déceptions ?

Le 12 novembre 2016.

Je ne m’exprimerai pas sur le déjà ancien Président de la République française et possible candidat à une Primaire, ni sur son Premier ministre, potentiel candidat à la même Primaire.

Je ne m’exprimerai pas sur les Primaires à peine achevées d’Europe Ecologie-Les Verts, auxquelles ont peut-être participé des adhérents de l’Union Démocrate Ecologiste.

La politique

Décidément, comment qualifier ces moments-clés qui ont jalonné ma vie ? Est-ce de la chance ? Du hasard ? Des opportunités ? De simples circonstances que j'ai su faire miennes ?

Ma rencontre avec Christian Estrosi fut pour moi un honneur et me fit entrevoir une perspective enthousiasmante. Cet homme que je connaissais comme le spectateur assidu du Théâtre Niçois, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice-Côte d'Azur, Député, me propose, après une demi-heure de conversation autour de Nice, de m'engager à ses côtés pour la prochaine campagne électorale.

Refuse-t-on une offre qui m'amène aujourd'hui à oeuvrer pour des causes qui me touchent de si près ? Conseiller métropolitain et Conseiller municipal délégué au patrimoine, à la littérature, à la lutte contre l'illettrisme, au théâtre et à la langue niçoise, je ne pouvais espérer plus belle délégation que celle-ci. Elle représente un prolongement de ce pour quoi je suis déjà engagé à titre professionnel, associatif et personnel. Pour cette raison, j'exerce désormais ces mandats en conservant mes activités d'enseignant et d'associatif : tout ceci est complémentaire voire harmonieux, malgré le surcroît de travail et l'organisation que cela nécessite.

L'action politique est celle qui permet réellement d'agir, parce qu'elle offre des structures et des moyens incomparables à qui souhaite servir. Servir, c'est ce que je veux. Agir, c'est ce que je fais. Ma seule ambition est d'être loyal, efficace et utile, simplement, dans les domaines qui relèvent de mes attributions :

palais commPatrimoine : voici un champ extrêmement large qui touche aussi bien à la restauration de bâtiments (abbaye de Saint-Pons, fort du Mont Alban, église du Jésu) et d'édifices (monument des Serruriers, Croix de marbre), qu'à l'aménagement d'espaces (Maison de la culture, de la mémoire et de la tradition niçoise Place Saint-François, Ancien Sénat), à la publication de documents et ouvrages, à la conception et la mise en place de services (visites guidées, expositions, ateliers), ou à l'établissement de liens avec le milieu enseignant

1LECTURES PATRIM A5 11 14 1Littérature : il s'agit là d'oeuvrer pour la mise en valeur de l'écritsous toutes ses formes. Cela passe par l'organisation d'événements tels que le Festival du Livre, bien sûr, mais aussi les Jeudis littéraires, les Lectures patrimoniales, des conférences, des ateliers dans toutes les bibliothèques de la ville comme sur les plages (Cabanes bleues), par l'invitation d'écrivains, par le soutien aux initiatives de libraires ou d'associations, par l'attribution de Prix (Baie des anges) ou le concours de poésie dans le cadre du Printemps des poètes.

morgenstern1Lutte contre l'illettrisme : comment prévenir l'illettrisme, si ce n'est en agissant au plus tôt pour donner le goût des mots, en rassurant, en encourageant ? Ainsi, la découverte du livre se fait dès le plus jeune âge à Nice, puisque l'opération "A tire-livres" s'adresse aux enfants des crèches. Aider à la découverte, c'est aussi ce que font les auteurs invités par la Ville de Nice dans les écoles, les collèges et les lycées dans le cadre du dispositif Lecture pour tous : ils rapprochent les jeunes de la lecture en donnant chair aux mots, ils font la preuve du bonheur de lire, ils montrent qu'ils ont un jour osé écrire. Pour porter la bonne parole, ces même auteurs se déplacent aussi dans les hôpitaux et en maison d'arrêt, parce que la lecture doit être accessible à tous. Chaque année se conclut par le concours de nouvelles destiné aux jeunes, dont les prix sont remis dans le cadre du Festival du livre.

Dans le prolongement de Lecture pour tous, nous avons initié Théâtre pour tous : des comédiens vont ainsi à la rencontre des enfants et des jeunes dans les établissements scolaires, pour leur faire découvrir l'art vivant et leur en donner le goût.

Dans le même objectif d'ouverture, les bibliothèques de Nice accueillent des ateliers autour des mots, pour tous les publics.

tfg jean luc gag gagliolo niceThéâtre : cette partie-là de ma délégation m'amène à oeuvrer aux côtés des passionnés du théâtre et du spectacle vivant. Qu'il s'agisse du Théâtre National de Nice, du Théâtre municipal Francis-Gag ou de petites salles, qu'il s'agisse de professionnels ou d'amateurs, l'enthousiasme est le même. Dans le cadre de mes fonctions, j'ai vocation à encourager la création, à soutenir les projets, à informer le public et à valoriser la diversitéet la richesse de la programmation niçoise. Par ailleurs, mission m'a été confiée de faire naître une Semaine des Théâtres à Nice. La première édition s'est déroulée du 12 au 18 octobre 2015 : un bonheur !

segurane jean luc gag gagliolo niceLangue et culture niçoises : entrent dans ce domaine les traditions (fêtes populaires, création d'événements, animations) et la langue niçoise (soutien aux enseignants, mise en place du bilinguisme, publications).

 

En parallèle, je suis amené à siéger au Comité de direction de l'Office du Tourisme et des Congrès et au Conseil d'exploitation de la Régie de l'Opéra et à participer à certains Conseils d'école, notamment à l'Ecole bilingue français-niçois des Orangers. De même, vice-président du Conseil de quartier n°9, je côtoie régulièrement commeçants et habitants du Port, de Garibaldi et du Vieux-Nice.

La largeur de la délégation qui m'a été confiée m'amène à travailler avec les nombreuses bonnes volontés et compétences des Directions de la Culture, des Bibliothèques, du Patrimoine historique, des Archives, des Travaux, de l'Evénementiel, de la Communication, de l'Animation des quartiers, de l'Education.

Notice biographique

Je suis un homme chanceux.

Très heureusement marié et père de deux enfants, je suis né à Nice en 1963 et j'y ai suivi toute ma scolarité, de l'école primaire St-Charles aux classes préparatoires (en fréquentant le collège Jean Giono et le lycée Masséna), avant de passer trois années à Sup de Co Marseille.

Dans cette continuité, j'effectue la première partie de mon parcours professionnel en tant que Fondé de pouvoirs en banque privée, à Nice, Monaco et Cannes. Gagné par l'ennui, je prends un virage en 1997 et obtiens un CAPES bivalent Occitan-Lettres modernes. J'enseigne avec plaisir, depuis, en collège et en Formation continue à l'Université de Nice, ayant aussi oeuvré en BTS au Greta.

Parallèlement, le théâtre, comme un fil rouge, est omniprésent dans ma vie : dès huit ans, guidé par ma famille, je monte sur scène avec le Théâtre Niçois de Francis Gag, ce que je fais toujours, au gré de mes envies, de mes disponibilités et des besoins de la troupe. Une sourde et lointaine envie m'amène à écrire et, de 2001 à 2014, huit de mes pièces seront présentées par le Théâtre Niçois.

Mon engagement politique est beaucoup plus récent : à l'occasion des élections municipales de 2014, Christian Estrosi me sollicite pour oeuvrer à ses côtés et me confie non seulement le patrimoine historique, la langue et la tradition niçoises, mais aussi la littérature, la lutte contre l'illettrisme et le théâtre. J'accepte avec enthousiasme (lire mon discours).

Je suis un homme chanceux, donc, parce que j'aime tout ce que je fais et si un quotidien dense ne me permet plus de consacrer le temps que je souhaiterais à l'écriture, j'ai la satisfaction de servir la collectivité : par l'enseignement à mes élèves et étudiants ; par le plaisir qu'avec le Théâtre Niçois nous apportons au public ; par les projets et les causes que j'essaie de faire progresser à la Ville de Nice et à la Métropole Nice Côte d'Azur. 

« Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles. » (William Shakespeare)

Pourquoi ces pages ?

Soudain mégalomane ? Brutalement narcissique ?
Je ne crois pas, non. Si tel était le cas, celle et ceux qui m'aiment m'auraient alerté. Au contraire, ils m'ont encouragé à franchir le pas.
Pourquoi ces pages, donc, pages par moi, pages sur moi ?
Parce que depuis ce 30 mars 2014, élu de la République, je suis devenu - modestement, mais réellement - homme public.
A plus forte raison parce ma vie est multiple : professionnelle depuis bien longtemps, associative depuis toujours ou presque, politique désormais et... personnelle, un peu encore. Tout ceci s'entremêle aujourd'hui et, paradoxalement, j'en suis heureux. Je m'emploie même à faire le lien entre toutes ces composantes, chacune enrichissant l'autre.
Enfin, parce que l'on m'interroge fréquemment : "Allez-vous arrêter le théâtre ? - Enseignez-vous toujours ? - Comment fais-tu pour tout concilier ? - Quand écrivez-vous ? - Pourquoi la politique ?"
Pour tout cela, j'ai accepté de m'atteler à la création de ces pages, qui répondront, je l'espère, aux questions, qui expliqueront et informeront sur ce que je suis et ce que je fais, sur ce qui me guide et ce à quoi j'aspire. dans le respect des valeurs auxquelles je crois, loyal envers ceux aux côtés desquels je suis engagé, depuis peu ou depuis plus longtemps.