Tendinite, bonne conscience et Noël joyeux

Le 22 décembre 2017.

Droitier immobilisé depuis cinq jours par une épaule droite (très) douloureuse, je ne peux donc :

- conduire aucun véhicule (scooter, voiture ou calèche) ;

- tenir aucun stylo (sauf à laisser douter de mon état de fraîcheur mentale) ;

- porter qu'un paquet sur deux (et encore, je veille à ne pas créer un fâcheux déséquilibre) ;

- utiliser l'ordinateur qu'à un rythme de sénateur maintes fois réélu.

Cette semaine fut donc constituée d'annulations et reports de cours, rendez-vous et réunions, jalonnée de consultations médicales et émaillée de quelques sarcasmes affectueux sous-entendant que, n'ayant plus le choix, il me fallait me poser.

C'est donc ce à quoi je me résous. Je me fais plaindre et dorloter par celle qui m'a voulu pour le meilleur et pour le pire, habiller et déshabiller (ceci incluant le laçage des chaussures, moment délectable). Je mange avec les doigts gauches, un peu gauche. Je dors, pense, respire et lis. J’invite ma douleur à être sage et à se tenir plus tranquille. Et quand descend le soir, une atmosphère obscure enveloppe la ville, me portant la paix.

Et, abordant serein ce Noël joyeux, je vous le souhaite tout aussi joyeux.  

Partager

Tic-Tac

Le 21 mai 2017.

L’horloge du Théâtre Niçois de Francis Gag cessera sa course dans quelques heures. Notre dernière création, Lou relori, sombrera dans les couloirs du temps. Au cours de nos plus de quatre-vingts ans d’existence, nous en avons connu, des projets, des rassemblements, des réussites souvent, des aventures surtout !

Partager

Aimer ou avoir aimé

Le 12 mars 2017.

« Aimer ou avoir aimé, cela suffit. Ne demandez rien ensuite. On n'a pas d'autre perle à trouver dans les plis ténébreux de la vie. »

Parmi les doux mots entendus en ce Printemps des poètes, cette perle de Victor Hugo entendue dans la pièce Victor Hugo, mon amour, perle pêchée dans l’immense collier des Misérables (Tome 5, chapitre 2).

Partager

Agacé

Le 23 février 2017.

« Quand je vous ai vu entrer, j’ai su que vous étiez agacé. » Une personne dont je venais de faire la connaissance trois heures plus tôt m’avait asséné cela, tout à trac. Ma réaction sur le moment fut la neutralité, me fendant à peine d’un « Ah ?… » peu compromettant. La même personne argumentant, j’allai jusqu’à admettre que « Peut-être, en effet… ».

Me retrouvant seul, je revins sur mon entrée en matière : courtois. Sans chaleur certes, mais courtois. Peut-être était-ce mon regard, alors, attentif mais circonspect, qui avait produit cette impression ? Peut-être, en effet…

Partager

Pied de nez

Le 8 décembre 2016.

Depuis de nombreuses années, le Théâtre Niçois de Francis Gag crée et honore la tradition en la personne de son fondateur. Cette année, c'est à Tante Victorine que nous redonnons vie.

Au delà de la surprise d'assister à un réel engouement autour de ce personnage qui a occupé l'espace familial depuis les années 40, j'ai pour ma part vécu une expérience intense, celle d'avoir de nouveau mon grand-père à mes côtés.

Partager

Plus d'articles...