Tendinite, bonne conscience et Noël joyeux

Le 22 décembre 2017.

Droitier immobilisé depuis cinq jours par une épaule droite (très) douloureuse, je ne peux donc :

- conduire aucun véhicule (scooter, voiture ou calèche) ;

- tenir aucun stylo (sauf à laisser douter de mon état de fraîcheur mentale) ;

- porter qu'un paquet sur deux (et encore, je veille à ne pas créer un fâcheux déséquilibre) ;

- utiliser l'ordinateur qu'à un rythme de sénateur maintes fois réélu.

Cette semaine fut donc constituée d'annulations et reports de cours, rendez-vous et réunions, jalonnée de consultations médicales et émaillée de quelques sarcasmes affectueux sous-entendant que, n'ayant plus le choix, il me fallait me poser.

C'est donc ce à quoi je me résous. Je me fais plaindre et dorloter par celle qui m'a voulu pour le meilleur et pour le pire, habiller et déshabiller (ceci incluant le laçage des chaussures, moment délectable). Je mange avec les doigts gauches, un peu gauche. Je dors, pense, respire et lis. J’invite ma douleur à être sage et à se tenir plus tranquille. Et quand descend le soir, une atmosphère obscure enveloppe la ville, me portant la paix.

Et, abordant serein ce Noël joyeux, je vous le souhaite tout aussi joyeux.  

Partager

Mots-clés: Noël, Tendinite, Sérénité, Douleur, Paix