Semis et création

Le 16 mars 2019.

Ce matin, séminaire potager : Claire œuvre à éclaircir ses semis. Ce seront donc les clairs semis clairsemés de Claire. En ce Printemps des poètes dédié à la Beauté, je laisse mon naturel rêveur s’émerveiller devant cet acte de création qu’est le simple - mais auguste – geste du semeur et, pris d’une curiosité soudaine, me précipite tel un séminariste vers mon cher Robert, dans sa version Dictionnaire historique de la langue française, tome II, direction « Semer », dont je découvre l’origine : c’est le verbe « serer » qui a produit par dérivation « seminare », la racine « semen, -inis » y étant donc insérée.

Le sens premier était évidemment « faire croître », puis « faire naître » au propre et au figuré. Mon esprit sémillant (de l’ancien français « saimme » issu de la même « semen ») a immédiatement perçu que cette observation n’était pas que semence, c’est-à-dire chose peu négligeable (1573) : en effet, croître/crescere et créer/creare étant issus de la même racine, ils font de l’ensemenceur » – ou de la semeuse en la circonstance - un démiurge.

A ce stade de mon propos, j’espère ne pas vous avoir semés mais, bien au contraire, avoir disséminé quelques graines de réflexion philosophique en ce temps des semailles, c’est-à-dire en cette saison (du latin « satio » dérivé du même « serere »). Certain de ne pas semer en terre ingrate, je vous livre même la définition que les Stoïciens donnaient de la « Raison séminale du monde » : c’est la  raison de la loi régulière suivant laquelle le vivant se développera, lorsqu’il rencontrera les circonstances favorables, concept qui suppose une théorie de la semence comme réceptacle des « raisons séminales » déposées par les ascendants. Celles-ci se définissent ainsi comme indestructibles et immortelles et elles assurent l’identité du monde à travers ses renouvellements cycliques.

Non, mais des fois tu te demandes ! A partir de quelques graines de cougourdes et de tomates tirées de leur néant, l’on mesurerait donc le produit immédiat de l’acte créateur, le fondement de la consistance du monde, posé par Dieu à l’origine des Temps, au Temps premier, au Primus tempus, au printemps, donc !

Partager

Un R.I.C. pour la vertu ?

Le 3 février 2019.

Saint-François, la place, l’Eglise, la Tour : mon quotidien, un des projets patrimoniaux majeurs que le Maire m’a demandé de porter. Mais comment ne pas évoquer l’homme François d’Assise, saint François, que j’ai mieux connu ces derniers jours par la lecture de Assise, une rencontre inattendue, ce livre de François Cheng que m’a offert une dame pour qui j’ai la plus grande estime, qui fut ma prof de Culture générale en Prépa. Nous venions de visiter ensemble l’église des Franciscains, place Saint-François. Le présent était donc de circonstance et c’est avec respect et curiosité que je l’ai abordé.

Partager

Des falabracs à la Victorine

Le 20 janvier 2019.

« Chanjà de travalh repauva », disait mon arrière grand-père, paraît-il. J’ai donc changé de travail et me suis reposé, passant la charnière 2018-2019 en écrivant une pièce de théâtre. Mes chats ronronnaient, qui vivaient le présent (Nucera), le feu crépitait et les mots naquirent.

Mystère de la création, en dix jours l’objectif fut atteint : proposer à la troupe une franche comédie à présenter au public en mai prochain. Elle tournevirait dans ma tête depuis des mois, le contexte était défini, les personnages existaient déjà. Il ne restait qu’à les animer, à les faire se rencontrer, se parler, ces Niçois et ces non-Niçois de 1958.

Partager

Trente ans ont passé...

Le 25 février 2018.

En ce début 2018 se téléscopent les souvenirs de deux événements importants de ma vie, intervenus trente ans plus tôt : mon mariage et la mort de mon grand-père. Evénements importants au regard de l’intensité émotionnelle. Importants aussi au regard de l’incidence sur ma vie, largement influencée par l’un et l’autre.

Un souvenir en appelant un autre, me revient à l’esprit ce repas à l’improviste au 22 rue Pertinax, lieu bien connu de milliers de personnes ayant rendu visite au fameux Francis Gag, dont la porte et la table étaient toujours ouvertes.

Partager

Tendinite, bonne conscience et Noël joyeux

Le 22 décembre 2017.

Droitier immobilisé depuis cinq jours par une épaule droite (très) douloureuse, je ne peux donc :

- conduire aucun véhicule (scooter, voiture ou calèche) ;

- tenir aucun stylo (sauf à laisser douter de mon état de fraîcheur mentale) ;

Partager

Plus d'articles...