• Accueil

J'ai trente-sept ans et je les aurai toujours

Le 1er novembre 2015.

Né en 1963, j’ai trente-sept ans et je les aurai toujours. Si, si !

En ce 1er novembre jour anniversaire, (du latin annus-année et versus-participe passé de vertere-tourner), je fais une fois encore la même observation : le temps s’est arrêté. Dans ma plus tendre enfance, l’an 2000 était en perspective, la perspective de mes trente-sept ans, comme un objectif à atteindre.

Partager

Mes Journées du Patrimoine

Le 18 septembre 2015.

Ce week-end, patrimoine au menu. Y a pire !

Ces Journées nous invitent à découvrir ou re-découvrir avec bonheur des talents et savoirs, mais aussi des lieux riches, qu'ils soient naturels ou historiques, et le choix à Nice est vaste ! Pour ma part, cette année, diversité au programme : nature, théâtre, musique, édifices religieux et prestigieux... Voici donc mon parcours :

Partager

Pré-rentrée, qu'es acò ?

Le 2 septembre 2015.

Les médias se chargent de nous rappeler abondamment, s'il en était besoin, que profs, élèves et parents "rentrent". Et effectivement, il s'agit bien d'une répétition, sauf pour les néo-profs, pour les tout-petits et pour les jeunes parents. Je ne suis rien de tout cela, je "rentre" donc. Et pour un prof, avant la rentrée, il y a la pré-rentrée.

La différence ? Les élèves, tout simplement, puisqu'une pré-rentrée, c'est la veille de la rentrée, sans les élèves.

Partager

J'aime ce pays

Le 19 août 2015.

« J’aime ce pays, et j’aime y vivre parce que j’y ai mes racines, ces profondes et délicates racines, qui attachent un homme à la terre où sont nés et morts ses aïeux, qui l’attachent à ce qu’on pense et à ce qu’on mange, aux usages comme aux nourritures, aux locutions locales, aux intonations des paysans, aux odeurs du sol, des villages et de l’air lui-même. »

Dixit Maupassant dans Le Horla. Propos universel d’un auteur universel.

A l’occasion d’une escapade en Normandie, je croise Alphonse Allais à Honfleur, Barbey d’Aurevilly à Saint-Sauveur-le-Vicomte, Corneille et Flaubert à Rouen… Flaubert et donc Maupassant, bien sûr. Ce cher Maupassant que j’élève au rang des plus grands et dont la lecture me fit découvrir ces terres nordiques, ses campagnes, ses bourgs, ses paysans, ses notables, ses mœurs.

Partager

L’art presque perdu de ne rien faire

Le 13 juillet 2015.

Ce lundi 13 juillet, je marche pieds nus : je ne travaille pas. Traversant mon salon, une voix chaude, posée, presque envoûtante, capte mon attention. J’ai juste le temps de comprendre qu’il s’agit de l’Académicien Dany Laferrière, évoquant pour l’émission Un livre un jour son ouvrage L’art presque perdu de ne rien faire.

Le titre m’interpelle, éclatant de vérité. Je maîtrisais cet art, au grand dam de mon entourage, parfois. Je l’ai perdu, je le sais. Que dit donc Dany Laferrière, qui m’ébranle autant ? Ceci :

« C’est un monde où l’on vous pousse dans le dos et où l’on ne sait même pas où l’on va. » 

Partager

Plus d'articles...