Agacé

Le 23 février 2017.

« Quand je vous ai vu entrer, j’ai su que vous étiez agacé. » Une personne dont je venais de faire la connaissance trois heures plus tôt m’avait asséné cela, tout à trac. Ma réaction sur le moment fut la neutralité, me fendant à peine d’un « Ah ?… » peu compromettant. La même personne argumentant, j’allai jusqu’à admettre que « Peut-être, en effet… ».

Me retrouvant seul, je revins sur mon entrée en matière : courtois. Sans chaleur certes, mais courtois. Peut-être était-ce mon regard, alors, attentif mais circonspect, qui avait produit cette impression ? Peut-être, en effet…

Revenant encore, un peu plus tard, sur l’épisode, j’admis en mon for intérieur que j’étais agacé qu’elle m’eût trouvé agacé. Je compris rapidement que j’étais agacé qu’elle eût compris que j’étais agacé. Parce que j’étais vraiment agacé.

Rentrant chez moi ruminant, je me livrai à une introspection promptement aboutie : j’étais effectivement agacé par cette nécessaire rencontre et par sa probable inutilité. Plus agaçant, je mesurai combien cet agacement s’instillait en moi régulièrement. J’en arrivai au constat suivant : je suis agacé.

Première étape : plonger dans mon cher Dictionnaire historique de la langue française. Est agaçant ce « qui harcèle » et « qui provoque à l’action » (1538), puis « qui excite le désir » (1762), le sens actuel, « qui énerve, irrite », se développant au milieu du XIXe siècle. 

Deuxième étape : rechercher des synonymes. Est agaçant ce qui est contrariant, crispant, désagréable, embêtant, énervant, enquiquinant, exaspérant, inquiétant, insupportable, irritant, obsédant, pénible, provoquant, titillant…

Troisième étape : identifier ce qui m’agace. Vite trouvé : la vulgarité, la violence, l’inconséquence ; le monde tel qu’il est et tel qu’il évolue ; ceux qui le dirigent, ceux qui y aspirent ; parmi ceux qui sont le monde, les indifférents, les angélistes, les bien-pensants et les commentateurs de tout poil. M’agace et m’insupporte, même, la perspective de léguer un tel héritage à mes enfants.

Quatrième étape : trouver un remède à mon agacement. Simple : reconsidérer les acceptions plus anciennes du mot, ne pas me laisser harceler par ce sentiment d’énervement et d’irritation (XIXe), mais me laisser exciter par le désir (1762) qui, comme chacun sait, résulte du manque face à l’absence d’une étoile (desiderare : de-sideris, absence d'astre) et aller plus loin dans l’action (1538).

Recette vertueuse pour mettre fin à l’agacement, donc : désir, motivation et action pour chacun, dans son domaine, plusieurs fois par jour. Guéris, l’irritation et l’énervement collectifs. Guéri, le monde.

Mouais… M’enfin, faut bien essayer quelque chose, non ? Tant qu’à être pessimiste, autant être actif : conserver un peu de candeur et cultiver notre jardin, par exemple.

Partager

Mots-clés: Agacement, Monde, Pessimisme, Irritation, Désir, Action, Bien-pensants, Indifférents, cultiver, Jardin