Nice

Comté de Nice : particularités d’une histoire et d’une langue

Lors de la séance de la Convention Nationale du 16 prairial, l'an deuxième de la république une et indivisible, Grégoire regrette dans son Rapport sur la nécessité et les moyens d'anéantir le patois et d'universaliser l'usage de la langue française, qu'il n'y ait « qu'environ quinze départements de l'intérieur où la langue française soit exclusivement parlée. (...) Ainsi, avec trente patois différens, nous sommes encore, pour le langage, à la tour de Babel, tandis que pour la liberté nous formons l'avant-garde des nations. » Au nombre des patois recensés par l'abbé afin de « consacrer au plus tôt l'usage unique de la langue de la liberté », figurent le lyonnais, le dauphinois, le provençal et... l'italien des Alpes-Maritimes.

Discours d'annonce de candidature (14 février 2014)

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs,

Monsieur le Maire, permettez-moi tout d'abord de vous remercier. Pour votre proposition, bien évidemment, que je reçois comme une marque d’estime ; vous remercier d'avoir pris de votre temps pour annoncer ma présence à vos côtés, en ce lieu et en ce jour hautement symboliques ; et enfin pour les mots que vous avez prononcés, qui sont extrêmement élogieux, à mon égard bien sûr, mais aussi pour ma famille entière.

Discours de présentation de "Lever de rideaux-La semaine des théâtres à Nice" (21 septembre 2015)

Mesdames et messieurs,

En ce foyer de l’Opéra de Nice, permettez-moi, pour commencer, de vous raconter une brève histoire.

1776 : La Marquise Alli-Maccarani obtient d'Amédée III, Roi de Sardaigne, l'autorisation de transformer son ancienne maison d'habitation en théâtre. Ainsi, le petit Théâtre Maccarani, petit théâtre de bois, s'élève-t-il au XVIIIe siècle sur l'emplacement de l'actuel Opéra.

1826 : la Ville de Nice rachète le Théâtre sur les conseils du Roi Charles Félix et décide de le raser pour construire ce qui deviendra le Théâtre royal, dans le style italien.

Sous le Second Empire (1852-1870), il prend le nom de Théâtre impérial.

Discours introductif à la conférence "Comment Nice a-t-elle perdu son château ?" (21 novembre 2014)

Mesdames et Messieurs,

Il me revient ce soir de vous accueillir en ce Centre Universitaire Méditerranéen et de vous souhaiter la bienvenue au nom de Christian Estrosi, Maire de Nice et Président de la Métropole Nice Côte d’Azur.

Nous sommes rassemblés pour la parution de Nice et son Comté 1630-1730,témoignages, récits et mémoires, co-édité par la Ville de Nice et les Editions Mémoires millénaires, représentées par Frédéric Boyer que je remercie de tout cœur pour son travail au service de la connaissance de notre histoire. Je rappelle que cet ouvrage est le neuvième d’une collectioninitiée par L’œuvre de Pierre Gioffredo, Chorographie et histoire des Alpes Maritimes.

Fêtes des Mai 2015 : quoi de neuf ?

Le 30 avril 2015.

Demain 1er mai : la première de cinq journées hautement traditionnelles.

Pour que tradition ne rime pas avec ronron, répétition ou réédition, nous tous qui, à la Ville de Nice, oeuvrons à la réussite de nos fêtes, avons cette année apporté quelques nouveautés, tout en conservant l'essentiel : la convivialité, le partage et la joie autour de la danse, du chant, du jeu, de la langue niçoise, de la merenda et de la cuisine niçoise, de nos groupes folkloriques, associations, orchestres, artistes et animateurs.

Quoi de neuf, donc ?

La politique

Décidément, comment qualifier ces moments-clés qui ont jalonné ma vie ? Est-ce de la chance ? Du hasard ? Des opportunités ? De simples circonstances que j'ai su faire miennes ?

Ma rencontre avec Christian Estrosi fut pour moi un honneur et me fit entrevoir une perspective enthousiasmante. Cet homme que je connaissais comme le spectateur assidu du Théâtre Niçois, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice-Côte d'Azur, Député, me propose, après une demi-heure de conversation autour de Nice, de m'engager à ses côtés pour la prochaine campagne électorale.

Refuse-t-on une offre qui m'amène aujourd'hui à oeuvrer pour des causes qui me touchent de si près ? Conseiller métropolitain et Conseiller municipal délégué au patrimoine, à la littérature, à la lutte contre l'illettrisme, au théâtre et à la langue niçoise, je ne pouvais espérer plus belle délégation que celle-ci. Elle représente un prolongement de ce pour quoi je suis déjà engagé à titre professionnel, associatif et personnel. Pour cette raison, j'exerce désormais ces mandats en conservant mes activités d'enseignant et d'associatif : tout ceci est complémentaire voire harmonieux, malgré le surcroît de travail et l'organisation que cela nécessite.

L'action politique est celle qui permet réellement d'agir, parce qu'elle offre des structures et des moyens incomparables à qui souhaite servir. Servir, c'est ce que je veux. Agir, c'est ce que je fais. Ma seule ambition est d'être loyal, efficace et utile, simplement, dans les domaines qui relèvent de mes attributions :

palais commPatrimoine : voici un champ extrêmement large qui touche aussi bien à la restauration de bâtiments (abbaye de Saint-Pons, fort du Mont Alban, église du Jésu) et d'édifices (monument des Serruriers, Croix de marbre), qu'à l'aménagement d'espaces (Maison de la culture, de la mémoire et de la tradition niçoise Place Saint-François, Ancien Sénat), à la publication de documents et ouvrages, à la conception et la mise en place de services (visites guidées, expositions, ateliers), ou à l'établissement de liens avec le milieu enseignant

1LECTURES PATRIM A5 11 14 1Littérature : il s'agit là d'oeuvrer pour la mise en valeur de l'écritsous toutes ses formes. Cela passe par l'organisation d'événements tels que le Festival du Livre, bien sûr, mais aussi les Jeudis littéraires, les Lectures patrimoniales, des conférences, des ateliers dans toutes les bibliothèques de la ville comme sur les plages (Cabanes bleues), par l'invitation d'écrivains, par le soutien aux initiatives de libraires ou d'associations, par l'attribution de Prix (Baie des anges) ou le concours de poésie dans le cadre du Printemps des poètes.

morgenstern1Lutte contre l'illettrisme : comment prévenir l'illettrisme, si ce n'est en agissant au plus tôt pour donner le goût des mots, en rassurant, en encourageant ? Ainsi, la découverte du livre se fait dès le plus jeune âge à Nice, puisque l'opération "A tire-livres" s'adresse aux enfants des crèches. Aider à la découverte, c'est aussi ce que font les auteurs invités par la Ville de Nice dans les écoles, les collèges et les lycées dans le cadre du dispositif Lecture pour tous : ils rapprochent les jeunes de la lecture en donnant chair aux mots, ils font la preuve du bonheur de lire, ils montrent qu'ils ont un jour osé écrire. Pour porter la bonne parole, ces même auteurs se déplacent aussi dans les hôpitaux et en maison d'arrêt, parce que la lecture doit être accessible à tous. Chaque année se conclut par le concours de nouvelles destiné aux jeunes, dont les prix sont remis dans le cadre du Festival du livre.

Dans le prolongement de Lecture pour tous, nous avons initié Théâtre pour tous : des comédiens vont ainsi à la rencontre des enfants et des jeunes dans les établissements scolaires, pour leur faire découvrir l'art vivant et leur en donner le goût.

Dans le même objectif d'ouverture, les bibliothèques de Nice accueillent des ateliers autour des mots, pour tous les publics.

tfg jean luc gag gagliolo niceThéâtre : cette partie-là de ma délégation m'amène à oeuvrer aux côtés des passionnés du théâtre et du spectacle vivant. Qu'il s'agisse du Théâtre National de Nice, du Théâtre municipal Francis-Gag ou de petites salles, qu'il s'agisse de professionnels ou d'amateurs, l'enthousiasme est le même. Dans le cadre de mes fonctions, j'ai vocation à encourager la création, à soutenir les projets, à informer le public et à valoriser la diversitéet la richesse de la programmation niçoise. Par ailleurs, mission m'a été confiée de faire naître une Semaine des Théâtres à Nice. La première édition s'est déroulée du 12 au 18 octobre 2015 : un bonheur !

segurane jean luc gag gagliolo niceLangue et culture niçoises : entrent dans ce domaine les traditions (fêtes populaires, création d'événements, animations) et la langue niçoise (soutien aux enseignants, mise en place du bilinguisme, publications).

 

En parallèle, je suis amené à siéger au Comité de direction de l'Office du Tourisme et des Congrès et au Conseil d'exploitation de la Régie de l'Opéra et à participer à certains Conseils d'école, notamment à l'Ecole bilingue français-niçois des Orangers. De même, vice-président du Conseil de quartier n°9, je côtoie régulièrement commeçants et habitants du Port, de Garibaldi et du Vieux-Nice.

La largeur de la délégation qui m'a été confiée m'amène à travailler avec les nombreuses bonnes volontés et compétences des Directions de la Culture, des Bibliothèques, du Patrimoine historique, des Archives, des Travaux, de l'Evénementiel, de la Communication, de l'Animation des quartiers, de l'Education.

Mes Journées du Patrimoine

Le 18 septembre 2015.

Ce week-end, patrimoine au menu. Y a pire !

Ces Journées nous invitent à découvrir ou re-découvrir avec bonheur des talents et savoirs, mais aussi des lieux riches, qu'ils soient naturels ou historiques, et le choix à Nice est vaste ! Pour ma part, cette année, diversité au programme : nature, théâtre, musique, édifices religieux et prestigieux... Voici donc mon parcours :

Nice pleure

Le 22 juillet 2016.

Seigneur, ayez pitié, ayez pitié des fous et des folles ! O Créateur ! Peut-il exister des monstres aux yeux de Celui-là seul qui sait pourquoi ils existent, comment ils se sont faits et comment ils auraient pu ne pas se faire ?

(Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose ou Le Spleen de Paris)

Notice biographique

Je suis un homme chanceux.

Très heureusement marié et père de deux enfants, je suis né à Nice en 1963 et j'y ai suivi toute ma scolarité, de l'école primaire St-Charles aux classes préparatoires (en fréquentant le collège Jean Giono et le lycée Masséna), avant de passer trois années à Sup de Co Marseille.

Dans cette continuité, j'effectue la première partie de mon parcours professionnel en tant que Fondé de pouvoirs en banque privée, à Nice, Monaco et Cannes. Gagné par l'ennui, je prends un virage en 1997 et obtiens un CAPES bivalent Occitan-Lettres modernes. J'enseigne avec plaisir, depuis, en collège et en Formation continue à l'Université de Nice, ayant aussi oeuvré en BTS au Greta.

Parallèlement, le théâtre, comme un fil rouge, est omniprésent dans ma vie : dès huit ans, guidé par ma famille, je monte sur scène avec le Théâtre Niçois de Francis Gag, ce que je fais toujours, au gré de mes envies, de mes disponibilités et des besoins de la troupe. Une sourde et lointaine envie m'amène à écrire et, de 2001 à 2014, huit de mes pièces seront présentées par le Théâtre Niçois.

Mon engagement politique est beaucoup plus récent : à l'occasion des élections municipales de 2014, Christian Estrosi me sollicite pour oeuvrer à ses côtés et me confie non seulement le patrimoine historique, la langue et la tradition niçoises, mais aussi la littérature, la lutte contre l'illettrisme et le théâtre. J'accepte avec enthousiasme (lire mon discours).

Je suis un homme chanceux, donc, parce que j'aime tout ce que je fais et si un quotidien dense ne me permet plus de consacrer le temps que je souhaiterais à l'écriture, j'ai la satisfaction de servir la collectivité : par l'enseignement à mes élèves et étudiants ; par le plaisir qu'avec le Théâtre Niçois nous apportons au public ; par les projets et les causes que j'essaie de faire progresser à la Ville de Nice et à la Métropole Nice Côte d'Azur. 

« Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles. » (William Shakespeare)

Quinzaine des théâtres 2016

Le 25 septembre 2016.

Octobre 2015 : la Ville de Nice organise pour la première fois une Semaine des théâtres.

Octobre 2016 : ce sera une Quinzaine des théâtres.

Plusieurs motifs à cela :

- les retours du public furent élogieux : découverte de lieux nouveaux, richesse et diversité de la programmation, clarté de la communication, tarifs accessibles ;

Vanitas

En février 2014, Christian Estrosi, Maire de Nice et Président de la Métropole Nice-Côte d'Azur, me propose officiellement de m'engager à ses côtés pour la prochaine campagne électorale (lire mon discours à cette occasion).

 

En 2013, je suis fait chevalier dans l'Ordre des Palmes académiques, qui me sont remises par Steve Betti, Conseiller du Recteur pour les langues et cultures régionales, en présence de Christian Estrosi et Eric Ciotti (lire mon discours à cette occasion).

 

 En novembre 2011, je cours mon premier marathon, le Nice-Cannes, évidemment : connaissance de soi et fierté, une formidable expérience.

marathon jean luc gag gagliolo nice 

En juin 2011, à l'occasion de son congrès annuel, le Félibrige me désigne Grand Lauréat des Grands Jeux floraux et me décerne le titre de Maître en Gai savoir, récompense attrbuée tous les sept ans depuis 1878 à celui qui a oeuvré utilement par l'écriture pour les langues et cultures d'oc (lire mon discours à cette occasion). Le privilège m'est offert de choisir celle qui sera pour les sept prochaines années Reine du Félibrige, en la personne d'Angélique Marçais, première Niçoise dans l'histoire à occuper cette fonction.