Nice pleure

Le 22 juillet 2016.

Seigneur, ayez pitié, ayez pitié des fous et des folles ! O Créateur ! Peut-il exister des monstres aux yeux de Celui-là seul qui sait pourquoi ils existent, comment ils se sont faits et comment ils auraient pu ne pas se faire ?

(Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose ou Le Spleen de Paris)

 

Grandeur de l’âme humaine, en dépit de toutes les souillures !

(François Mauriac, Mémoires intérieurs IV)

 

Toute la dignité de l’homme consiste en la pensée. […]

Il est dangereux de trop faire voir à l’homme combien il est égal aux bêtes, sans lui montrer sa grandeur. Il est encore dangereux de lui trop faire voir sa grandeur sans sa bassesse. Il est encore plus dangereux de lui laisser ignorer l’un et l’autre. Mais il est très avantageux de lui représenter l’un et l’autre. Il ne faut pas que l’homme croie qu’il est égal aux bêtes, ni aux anges, ni qu’il ignore l’un et l’autre, mais qu’il sache l’un et l’autre.

(Blaise Pascal, Le roseau pensant)

Partager

Knock

Le 3 mars 2021.

« Les gens bien portants sont des malades qui s’ignorent », affirme Knock dans la fameuse pièce de Jules Romains. L’on ne comprend combien c’est vrai que lorsque se déclare subitement une petite cochonnerie auto-immune venue d’on ne sait où, qui entraîne dans un parcours à durée indéterminée ces bien-portants qui ont le tort « de dormir dans une sécurité trompeuse, dont les réveille trop tard le coup de foudre de la maladie ».

Peut-être dormais-je, en effet, mais ce n’est pas un coup de foudre qui me frappa l’année dernière : plutôt un diagnostic qui fit l’effet d’un coup de fouet. Presque un an après, j’en mesure les bienfaits, aidé en cela par Claire et les professionnels qui m’accompagnent. L’un d’entre eux, notamment, m’a amené à reconnaître les plaisirs du quotidien et à savoir les goûter. Ma gratitude lui est acquise.

Mieux encore : depuis quelque temps, ce qui me chatouille, c’est le plaisir viril, le plaisir du mec, quoi ! Longtemps motard, j’ai sombré dans la facilité du scooter, si fonctionnel au quotidien, mais si avare en sensations. Aujourd’hui, ce qui me gratouille donc, c’est le retour à la moto. Pas une Allemande, trop parfaite et sans surprises ; pas non plus une Japonaise, qui feule et se faufile ; pas une Américaine impudique ; ni une mutine Italienne. Rien de tout ceci, non.

Celle pour laquelle j’éprouve un vif désir est anglaise. Incongru, non ? Après une première rencontre au cours de laquelle nous nous sommes apprivoisés sur les hauteurs de Nice, nous avons conservé une liaison platonique et nous nous observons, simplement. Je garde en mémoire les virages enroulés et les bras qui tirent. J’entends encore le souffle vibrant de son bicylindre de 1.200 cm3. La tentation d’y goûter à nouveau s’amplifie et nous franchirons bientôt le cap. L’envoûtante Triumph Bonneville Speedmaster m’attend.

 

Voir tous mes autres billets : cliquer ICI