Théâtre

Discours d'annonce de candidature (14 février 2014)

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs,

Monsieur le Maire, permettez-moi tout d'abord de vous remercier. Pour votre proposition, bien évidemment, que je reçois comme une marque d’estime ; vous remercier d'avoir pris de votre temps pour annoncer ma présence à vos côtés, en ce lieu et en ce jour hautement symboliques ; et enfin pour les mots que vous avez prononcés, qui sont extrêmement élogieux, à mon égard bien sûr, mais aussi pour ma famille entière.

Discours de présentation de "Lever de rideaux-La semaine des théâtres à Nice" (21 septembre 2015)

Mesdames et messieurs,

En ce foyer de l’Opéra de Nice, permettez-moi, pour commencer, de vous raconter une brève histoire.

1776 : La Marquise Alli-Maccarani obtient d'Amédée III, Roi de Sardaigne, l'autorisation de transformer son ancienne maison d'habitation en théâtre. Ainsi, le petit Théâtre Maccarani, petit théâtre de bois, s'élève-t-il au XVIIIe siècle sur l'emplacement de l'actuel Opéra.

1826 : la Ville de Nice rachète le Théâtre sur les conseils du Roi Charles Félix et décide de le raser pour construire ce qui deviendra le Théâtre royal, dans le style italien.

Sous le Second Empire (1852-1870), il prend le nom de Théâtre impérial.

Discours de réception des Palmes académiques (5 décembre 2013)

Car amic, vous saludi,

Au moument d'alestì quauqu mot per aquesta cerimònia, mi siéu demandat : en nissart ? en francés ? Niçois ? Français ? Ai virat un pauc e – mi fa pena de lou vous dire – mi siéu decidat à vous parlà francés. En fach, se carculan ben, sian aquì en un encastre dounat dau Ministeri de l'Educacioun naciounala e "naciounala" vòu ben dire cen que vòu dire : la lenga de la Repùblica es lou francés. Siéu pas iéu que lou diéu, es l'article 2 de la Coustitucioun : " La langue de la République est le français ". Ainsi soit-il.

L'écriture

Qui n'a pas eu envie un jour d'écrire ? Le plus dur est d'oser franchir le pas, parce qu'il y a une forme d'impudeur dans l'écriture. Pour ma part, j'ai osé à un âge où l'on ne se préoccupe pas de ce genre de choses d'adultes : des saynètes, à l'école primaire, que nous jouions en classe. Longue interruption, ensuite, jusqu'à trente-cinq ans. Depuis, du théâtre, surtout, mais aussi des poèmes, des articles, des discours, selon les envies et les nécessités. Quant à écrire en français ou en niçois, basta que sigue. Figurent sur ce site quelques exemples que j'espère significatifs de ce que j'ai pu écrire au cours des années écoulées.

Selon Pline l'Ancien : Nulla dies sine linea. Voeu pieux, mais j'aimerais qu'il en soit ainsi.

Théâtre en français

Théâtre en niçois

Poèmes en français

Poèmes en niçois

Discours

Divers

L'enseignement

Rien ne me destinait à l'enseignement. En tant qu'élève ou étudiant, mon parcours fut un peu chaotique, au lycée et au cours d'une première année universitaire. J'ai ensuite connu quelques moments dignes d'intérêt en classes préparatoires et en Ecole de commerce, mais pour autant, j'ai plutôt subi cette partie-là de ma vie.

Ce n'est qu'assez tardivement que j'ai choisi cette voie. J'imagine qu'à un moment de notre vie, nous nous interrogeons tous sur ce que nous en attendons. Cette interrogation s'est présentée à moi après trente ans lorsque, estimable Fondé de pouvoirs bancaire costumé et encravaté, devenu père de deux enfants, j'éprouvai le besoin de servir à quelque chose. Comme souvent, je saisis une heureuse opportunité : sur les conseils avisés d'un ami devenu "prof" lui-même, je perçus que cette voie conciliait mes multiples aspirations : être utile, aller au contact des jeunes, transmettre la langue et de la culture niçoises et approfondir mon goût de la langue et des Lettres françaises. Le sacrifice financier accepté, restait à passer le CAPES bivalent Occitan-Lettres modernes. C'est ce que je fis, découvrant au passage avec bonheur la langue des troubadours, approfondissant et élargissant ma connaissance de ma seconde langue maternelle, le niçois. Dois-je avouer que le hasard m'amena, lors de l'épreuve orale de didactique, à tirer un sujet en lien direct avec le théâtre ?...

Me voici donc à trente-quatre ans enseignant. Contrairement à ce que l'on peut entendre de-ci de-là, ce n'est pas un métier de fainéants. Bien au contraire, il nécessite un enthousiasme sans faille, une exigence et une remise en cause personnelles incessantes. Il est alors parfois source d'intenses satisfactions et d'émotions. Et c'est bien parce que j'en retire ce sentiment d'utilité et que j'aime autant cultiver ce lien si particulier avec mes élèves ou étudiants que je l'exerce toujours. Ayant aussi connu le lycée et les sections BTS, j'enseigne en collège et en formation continue à l'Université de Nice, en direction d'adultes souhaitant se remettre aux études et préparant pour cela le DAEU (Diplôme d'Accès aux Etudes Universitaires).

Comme le théâtre et la politique, l'enseignement est aujourd'hui pour moi un engagement personnel, la marque d'une appartenance à la société humaine, le témoignage de ma contribution, modeste mais réelle.

La culture ou le trépas

Le 29 novembre 2015.

Nous sommes en crise. En crises ? Economique ? Financière ? Politique ? Morale ? Sociale ? Ecologique ? de civilisation ?…

La crise est habituellement définie comme la phase au cours de laquelle la maladie atteint un stade aigu qui annonce un changement majeur, favorable ou défavorable pour le sujet. Au théâtre, la crise se manifeste par un conflit intense entre les passions, qui doit amener au dénouement.

Le théâtre

Théâtre : vient du latin classique theatrum (lieu de représentation) lui-même emprunté au grec theatron, dérivé de thea (action de regarder).

A peine né, en effet, j'ai regardé, observé, assisté au spectacle familial. Parents, grands-parents, oncles et tantes, cousins : tous engagés dans l'aventure du Théâtre Niçois de Francis Gag ! Comment ne pas suivre un tel mouvement ? C'est donc tout naturellement que je me retrouve à huit ans sur les planches de ce qui n'est encore que le Théâtre municipal du Vieux-Nice pour incarner Petoulin, le mousse bègue de Calèna. Bien d'autres rôles suivront, jusqu'à incarner Toumas, personnage colérique et mysogine dans L'escaramoucha en 2012 et le comte Spitalieri de Cessole dans Doun van bèure li bèstia ? en 2013.

Cette immersion précoce déterminera vraisemblablement mon choix : en 1996, gagné par l'ennui dans le milieu bancaire, je saisis l'opportunité de changer de vie et deviens enseignant, présentant un mémoire sur La pratique théâtrale comme outil d'enseignement. Dès lors, je consacre plus de temps à cette tradition familiale que j'avais un peu délaissée et ne m'ennuie plus parce que, comme l'affirmait Alfred Hitchcock : "Le théâtre, c'est la vie ; ses moments d'ennui en moins."

Après la disparition de mon grand-père, mon père Pierre-Louis, ayant compris la nécessité de créer de nouvelles pièces pour la troupe du Théâtre Niçois, avait traduit une farce de Barthélémy Taladoire, elle-même inspirée de Plaute. En 1997, lui et moi co-adaptons des sketches radiophoniques de Francis Gag : ce sera Titoun e Vitourina. Dès lors, le goût de l'écriture ne me quitte plus et, de 2001 à 2014, seront créées huit de mes pièces. Elles me vaudront dêtre honoré par le Félibrige, qui fera de moi le lauréat des Grands jeux floraux en 2011, me décernant le titre de Maître en gai savoir (lire mon discours à cette occasion).

Mes choix d'écriture dramatique sont clairs : comme l'indiquent les statuts du Théâtre Niçois, je veux "maintenir et illustrer le dialecte niçois". Pour cela, comme l'avait d'ailleurs fait mon grand-père dans certaines de ses pièces, j'insère fréquemment dans mes pièces du français, permettant un accès plus facile à qui ne maîtrise pas parfaitement la langue. Souhaitant mettre la langue niçoise en situation réelle, quelles que soient les époques, s'entremêlent aussi de l'italien ou de l'anglais.

Mes activités au service du Théâtre Niçois sont multiples : comédien, auteur, webmaster avec mon épouse Claire du site internet, chargé des relations avec la presse, je m'efforce avec mon père de coordonner les actions de tous nos bénévoles. Il s'agit toujours d'une histoire de famille, puisque ma fille Marie a aussi attrapé le virus...

Mais mon lien avec le théâtre ne se limite pas seulement à l'association fondée par mon grand-père en 1936 : il m'accompagne dans mes enseignements comme outil pédagogique ou comme objet d'étude ; il m'enrichit dans mes lectures et par tous les spectacles auxquels je vais assister avec bonheur ; il constitue enfin une part non négligeable de mon action politique, puisque la délégation qui m'a été confiée par Christian Estrosi, Maire de Nice, englobe aussi le théâtre, qui figurait en bonne place dans ses engagements. En effet, j'avais pour mission de créer un Festival annuel des troupes et théâtre de Nice, dont la première édition s'est déroulée du 12 au 18 octobre 2015.

  • debut-theatre-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • jean-luc-fabienne-gag-gagliolo-nice
  • jean-luc-francis-gag-gagliolo-nice
  • jean-luc-gag-theatre-nice-gagliolo
  • jean-luc-pierre-louis-francis-gag-gagliolo-nice
  • theatre-1-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-2-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-3-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-4-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-5-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-6-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-7-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-8-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre-9-jean-luc-gag-gagliolo-nice
  • theatre10-jean-luc-gag-gagliolo-nice

Les Falabracs sont en approche !

Le 28 avril 2019.

Falabrac : nom masc. Personne farfelue, peu douée et/ou pas fiable, manquant de sérieux ou d'aptitudes. (Dictionnaire personnel...)

C’est toujours une aventure, que la création d’une nouvelle pièce ! Toujours le même parcours, mais toujours différent aussi : la même jouissance lors de la première lecture, qui voit naître les personnages ; la même période besogneuse ensuite ; le même travail logistique de choix et de rassemblement des décors, des accessoires et des costumes, de création des visuels, de réalisation du livret ; la même mise en place des réservations, et enfin… l’ouverture.

Eh oui ! L’ouverture de la réservation, c’est le premier dévoilement, la première mise à nu, les premières craintes : les cartons sont-ils bien partis au courrier ? une grève ne viendra-t-elle pas retarder tout le processus ? les e-mailings seront-ils suffisamment convaincants ?

Notice biographique

Je suis un homme chanceux.

Très heureusement marié et père de deux enfants, je suis né à Nice en 1963 et j'y ai suivi toute ma scolarité, de l'école primaire St-Charles aux classes préparatoires (en fréquentant le collège Jean Giono et le lycée Masséna), avant de passer trois années à Sup de Co Marseille.

Dans cette continuité, j'effectue la première partie de mon parcours professionnel en tant que Fondé de pouvoirs en banque privée, à Nice, Monaco et Cannes. Gagné par l'ennui, je prends un virage en 1997 et obtiens un CAPES bivalent Occitan-Lettres modernes. J'enseigne avec plaisir, depuis, en collège et en Formation continue à l'Université de Nice, ayant aussi oeuvré en BTS au Greta.

Parallèlement, le théâtre, comme un fil rouge, est omniprésent dans ma vie : dès huit ans, guidé par ma famille, je monte sur scène avec le Théâtre Niçois de Francis Gag, ce que je fais toujours, au gré de mes envies, de mes disponibilités et des besoins de la troupe. Une sourde et lointaine envie m'amène à écrire et, de 2001 à 2014, huit de mes pièces seront présentées par le Théâtre Niçois.

Mon engagement politique est beaucoup plus récent : à l'occasion des élections municipales de 2014, Christian Estrosi me sollicite pour oeuvrer à ses côtés et me confie non seulement le patrimoine historique, la langue et la tradition niçoises, mais aussi la littérature, la lutte contre l'illettrisme et le théâtre. J'accepte avec enthousiasme (lire mon discours).

En 2020, je deviens Adjoint au Maire de Nice délégué à l'Education, au Livre, à la Lutte contre l'illettrisme et à l'Identité niçoise.

Je suis un homme chanceux, donc, parce que j'aime tout ce que je fais et si un quotidien dense ne me permet plus de consacrer le temps que je souhaiterais à l'écriture, j'ai la satisfaction de servir la collectivité : par l'enseignement à mes élèves et étudiants ; par le plaisir qu'avec le Théâtre Niçois nous apportons au public ; par les projets et les causes que j'essaie de faire progresser à la Ville de Nice et à la Métropole Nice Côte d'Azur. 

« Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles. » (William Shakespeare)

Pourquoi ces pages ?

Soudain mégalomane ? Brutalement narcissique ?
Je ne crois pas, non. Si tel était le cas, celle et ceux qui m'aiment m'auraient alerté. Au contraire, ils m'ont encouragé à franchir le pas.
Pourquoi ces pages, donc, pages par moi, pages sur moi ?
Parce que depuis ce 30 mars 2014, élu de la République, je suis devenu - modestement, mais réellement - homme public.
A plus forte raison parce ma vie est multiple : professionnelle depuis bien longtemps, associative depuis toujours ou presque, politique désormais et... personnelle, un peu encore. Tout ceci s'entremêle aujourd'hui et, paradoxalement, j'en suis heureux. Je m'emploie même à faire le lien entre toutes ces composantes, chacune enrichissant l'autre.
Enfin, parce que l'on m'interroge fréquemment : "Allez-vous arrêter le théâtre ? - Enseignez-vous toujours ? - Comment fais-tu pour tout concilier ? - Quand écrivez-vous ? - Pourquoi la politique ?"
Pour tout cela, j'ai accepté de m'atteler à la création de ces pages, qui répondront, je l'espère, aux questions, qui expliqueront et informeront sur ce que je suis et ce que je fais, sur ce qui me guide et ce à quoi j'aspire. dans le respect des valeurs auxquelles je crois, loyal envers ceux aux côtés desquels je suis engagé, depuis peu ou depuis plus longtemps.

Quinzaine des théâtres 2016

Le 25 septembre 2016.

Octobre 2015 : la Ville de Nice organise pour la première fois une Semaine des théâtres.

Octobre 2016 : ce sera une Quinzaine des théâtres.

Plusieurs motifs à cela :

- les retours du public furent élogieux : découverte de lieux nouveaux, richesse et diversité de la programmation, clarté de la communication, tarifs accessibles ;

Théâtre

Les pièces sont difficiles à lire, dit-on. Oui et non.
Oui parce qu'elles demandent davantage au lecteur, amené à déduire, à deviner, à imaginer.
Non parce qu'elles le laissent libre, faisant de lui un metteur en scène en puissance.
Pour ma part, j'aime l'écriture minimaliste du théâtre, qui va à l'essentiel : le personnage, ses actes, ses paroles. Le reste m'appartient à moi, lecteur.

Théâtre en français

Deux exemples totalement opposés, tant sur la forme que sur le fond. J'aime l'écriture dramatique, qui nécessite de faire dire l'essentiel aux personnages, mais qui doit aussi sous-entendre, pour la compréhension du lecteur ou du spectateur.

ATTENTION : ces oeuvres sont soumises aux droits d'auteur.

   

indesiree theatre jean luc gag gagliolo nice

Dialogues avec l'Indésirée

Texte écrit en 2001
Cliquer ici pour ouvrir le texte en pdf


   

gulliver theatre jean luc gag gagliolo nice

 Le mensonge de Gulliver

Texte écrit en 2005


   

Théâtre en niçois

Ces pièces ont été écrites pour la troupe du Théâtre Niçois de Francis Gag, jouées par mes amis comédiens. Il m'arrive d'écrire en pensant à certains d'entre eux, parfois, comme il m'arrive aussi de partir à l'aventure, sans autre cadre que celui de mon imagination. En revanche, je m'impose toujours la même contrainte : que la langue niçoise soit employée dans des situations vraisemblables. De même, j'aime que mes pièces témoignent de réalités niçoises, présentes ou passées. Quant à la science-fiction, je n'ai pas encore osé évoquer une Nice où l'on ne parlerait que niçois...

ATTENTION : ces oeuvres sont soumises aux droits d'auteur.

   

victorine et titoun

VICTORINE ET TITOUN : MAI AQUÌ !

(2016)

Cliquer ici pour ouvrir le texte en pdf

   

nice and bella jean luc gag gagliolo nice

Nice and bella

(2014)

Cliquer ici pour ouvrir le texte en pdf

   

gusta jean luc gag gagliolo nice

GUSTA S'EMBILA

(2012)

Cliquer ici pour ouvrir le texte en pdf

   

raca stirassa jean luc gag gagliolo nice

RaÇa 'STIRASSA

(2010)

Cliquer ici pour ouvrir le texte en pdf

   

nouoca jean luc gag gagliolo nice

NouÒÇa, amour e cinemÀ

(2008)

Cliquer ici pour ouvrir le texte en pdf


   

bambino jean luc gag gagliolo nice

Santìssimou bambino

(2006)

Cliquer ici pour ouvrir le texte en pdf


   

suchessioun jean luc gag gagliolo nice

suchessioun

(2005)

Cliquer ici pour ouvrir le texte en pdf


   

past jean luc gag gagliolo nice

past en familha

(2003)

Cliquer ici pour ouvrir le texte en pdf

   

oste jean luc gag gagliolo nice

l'oste de li dama

(2001)

Cliquer ici pour ouvrir le texte en pdf

   

titoun jean luc gag gagliolo nice

titoun e vitourina

(1998)

Cliquer ici pour ouvrir le texte en pdf

   

Tic-Tac

Le 21 mai 2017.

L’horloge du Théâtre Niçois de Francis Gag cessera sa course dans quelques heures. Notre dernière création, Lou relori, sombrera dans les couloirs du temps. Au cours de nos plus de quatre-vingts ans d’existence, nous en avons connu, des projets, des rassemblements, des réussites souvent, des aventures surtout !