Un R.I.C. pour la vertu ?

Le 3 février 2019.

Saint-François, la place, l’Eglise, la Tour : mon quotidien, un des projets patrimoniaux majeurs que le Maire m’a demandé de porter. Mais comment ne pas évoquer l’homme François d’Assise, saint François, que j’ai mieux connu ces derniers jours par la lecture de Assise, une rencontre inattendue, ce livre de François Cheng que m’a offert une dame pour qui j’ai la plus grande estime, qui fut ma prof de Culture générale en Prépa. Nous venions de visiter ensemble l’église des Franciscains, place Saint-François. Le présent était donc de circonstance et c’est avec respect et curiosité que je l’ai abordé.

En cinquante pages denses et poétiques, François Cheng évoque pour nous sa rencontre du « frère universel », qu’il qualifie aussi de « grand contemporain » avant de l’appeler intuitivement « le Grand Vivant ».

Profondément interpellé et touché par ces trois désignations si signifiantes, je vous propose un court extrait de cette belle découverte :

« Le « Grand Vivant » – à ne pas confondre avec le « bon vivant » - est celui qui va au-devant de la Vie, sans prévention et sans restriction, avec un courage désarmant et une confondante générosité. Comme tout un chacun, il va au-devant de ce qui est agréable, bénéfique, gratifiant. Cependant, lui ne se dérobe pas face à ce qui est hostile, éprouvant, nuisible. »

Je suis sensible à cette notion de « Grand Vivant », noble, digne et constructive car, comme l’écrit le même François Cheng dans un Discours sur la vertu, en séance publique annuelle de l’Académie française, « … à une époque comme la nôtre, où règne souvent le cynisme ou un hédonisme sans frein, celui qui se propose de chanter la vertu n’a pas forcément le beau rôle ; il court tout de même le risque de se montrer plus ou moins naïf [...] au point de paraître ennuyeux. »

Il se réfère plus loin à Confucius qui s’écria : « Que n’ai-je le pouvoir de rendre le désir de vertu aussi attrayant, aussi excitant que le désir charnel ! »

Voici une réflexion à soumettre d’urgence à un prochain Référendum d’Initative Citoyenne !

Partager

Rouge printemps

Le 20 mars 2021.

Dans le prolongement de mon précédent billet, j’ai franchi le cap : ma belle Anglaise et moi nous sommes trouvés. Elle dort chez moi depuis quarante-huit heures. D’un rouge éclatant, ornée de chromes rutilants, dotée de tous les équipements, elle m’emmène désormais en balade, elle et moi vibrant de son gros bicylindre coupleux et sonore.

En ce premier jour du printemps, j’ai la banane, selon l’expression désormais consacrée par l’usage. Comme à chaque fois que je l’enfourche et que je roule, ne serait-ce que quelques kilomètres, je souris béatement. Un gosse, quoi ! C’est un drôle de sentiment chez moi, si peu coutumier du lâcher-prise. Mais je goûte avec ces 250 kilos de métal le moment présent. Plus encore, de manière excessive, j’en conviens, j’éprouve un sentiment d’accomplissement.

Cela va au-delà d’un simple achat de véhicule, fût-ce une Triumph Speedmaster : il s’agit bien là d’une intense satisfaction, fondée sur une émotion double : celle que procure l’engin, bien sûr, mais aussi cette incrédulité. J’y crois pas : j’ai osé ! Pour la première fois en cinquante-sept ans, je me suis autorisé à céder à un caprice, à un achat inutile dans l’absolu, mon scooter suffisant bien à mon quotidien. Et cette audace m’emplit de fierté et de reconnaissance.

Un bien beau printemps, donc !

Voir tous mes autres billets : cliquer ICI