• Accueil

Pourquoi ces pages ?

Soudain mégalomane ? Brutalement narcissique ?
Je ne crois pas, non. Si tel était le cas, celle et ceux qui m'aiment m'auraient alerté. Au contraire, ils m'ont encouragé à franchir le pas.
Pourquoi ces pages, donc, pages par moi, pages sur moi ?

Parce que depuis mars 2014 puis juin 2020, élu de la République, je suis devenu - modestement, mais réellement - homme public.
A plus forte raison parce ma vie est multiple : professionnelle depuis bien longtemps, associative depuis toujours ou presque, politique désormais et... personnelle, un peu encore. Tout ceci s'entremêle aujourd'hui et, paradoxalement, j'en suis heureux. Je m'emploie même à faire le lien entre toutes ces composantes, chacune enrichissant l'autre.
Enfin, parce que l'on m'interroge fréquemment : "Allez-vous arrêter le théâtre ? - Mais vous enseignez toujours ?! - Comment fais-tu pour tout concilier ? - Quand écrivez-vous ? - Pourquoi la politique ?"
Pour tout cela, je me suis attelé à la création de ces pages, qui répondent, je l'espère, aux questions, qui expliquent et informent sur ce que je suis et ce que je fais, sur ce qui me guide et ce à quoi j'aspire. dans le respect des valeurs auxquelles je crois, loyal envers ceux aux côtés desquels je suis engagé. L'on y trouve notamment des billets (que j'essaie d'écrire régulièrement), des vidéos qui témoignent de mon activité, des écrits personnels et des sélections d'oeuvres que j'aime.

Moi par moi, quoi !

Partager

Knock

Le 3 mars 2021.

« Les gens bien portants sont des malades qui s’ignorent », affirme Knock dans la fameuse pièce de Jules Romains. L’on ne comprend combien c’est vrai que lorsque se déclare subitement une petite cochonnerie auto-immune venue d’on ne sait où, qui entraîne dans un parcours à durée indéterminée ces bien-portants qui ont le tort « de dormir dans une sécurité trompeuse, dont les réveille trop tard le coup de foudre de la maladie ».

Peut-être dormais-je, en effet, mais ce n’est pas un coup de foudre qui me frappa l’année dernière : plutôt un diagnostic qui fit l’effet d’un coup de fouet. Presque un an après, j’en mesure les bienfaits, aidé en cela par Claire et les professionnels qui m’accompagnent. L’un d’entre eux, notamment, m’a amené à reconnaître les plaisirs du quotidien et à savoir les goûter. Ma gratitude lui est acquise.

Mieux encore : depuis quelque temps, ce qui me chatouille, c’est le plaisir viril, le plaisir du mec, quoi ! Longtemps motard, j’ai sombré dans la facilité du scooter, si fonctionnel au quotidien, mais si avare en sensations. Aujourd’hui, ce qui me gratouille donc, c’est le retour à la moto. Pas une Allemande, trop parfaite et sans surprises ; pas non plus une Japonaise, qui feule et se faufile ; pas une Américaine impudique ; ni une mutine Italienne. Rien de tout ceci, non.

Celle pour laquelle j’éprouve un vif désir est anglaise. Incongru, non ? Après une première rencontre au cours de laquelle nous nous sommes apprivoisés sur les hauteurs de Nice, nous avons conservé une liaison platonique et nous nous observons, simplement. Je garde en mémoire les virages enroulés et les bras qui tirent. J’entends encore le souffle vibrant de son bicylindre de 1.200 cm3. La tentation d’y goûter à nouveau s’amplifie et nous franchirons bientôt le cap. L’envoûtante Triumph Bonneville Speedmaster m’attend.

 

Voir tous mes autres billets : cliquer ICI